07 mai 2007

de la libre concurrence aux USA, ou la CPP s'arrête où le marché captif commence...

Bon. Je crois que le monde a besoin de gens qui osent. Des gens qui n'ont pas peur de dire les choses. (Non, aucune allusion à Sarko, d'ailleurs ma nationalité est maintenant officiellement "européenne", l'échelon national ne m'intéresse plus...). Et moi je suis de ces gens qui n'ont pas peur de dire dans ces moments de tourmente et devant l'atlantisme de notre fringant promoteur de la rupture de droite que c'est que des bobards ce libéralisme....
Voyez plutôt. BC est une relativement grosse fac représentant un marché de 14 500 upper-class étudiants. Du fric, donc. Mais une seule chaîne de restauration - ou presque, mais le chocolate bar compte pas, il est hypra cher de toute manière - pour gérer tous les repas de cette micro-ville. Ainsi, pour un prix assez exorbitant, une bouffe de la même marque "Eat, Drink, Talk, Think" inonde de greasy food tout le campus, en toute impunité. Et on s'étonne que je grossisse, la faute au libéralisme, hein...
Le plus révoltifiant reste encore ce qu'ils appellent le "meal plan" . En gros, c'est une somme d'argent fixée unilatéralement par BC, la même pour tous, que vous soyez hamburgerophile convaincu ou anorexique déclarée, que vous devez consommer dans un de ces temples de la gastronomie américaine (ya comme un oxymore dans la formulation là). Evidemment, rien n'est remboursé si vous ne vous empiffrez pas tout votre crédit, d'où la quantité de cafés et autres milk-shakes que Priya, ma mentor de 1,50 m/45 kg toute mouillée, nous offre ces derniers temps. Et là où, à Sciences Po, la fine fleur de la culture estudiantine française s'illustrerait dans une révolte armée avec occupation de l'amphi Boutmy, grève de la faim, tracts et merguez, ba ces grands libéraux ils regardent ça en te disant "de toute manière on peut rien faire".
Autre exemple, le bookstore. Boutique unique chargée de vendre slips et rideaux de douche à l'effigie de notre chère institution, il a aussi un monopole sur l'achat des bouquins en début et en fin de semestre. Le concept c'est de les vendre au prix du marché et de le reprendre pour des cacahouètes, encore pire que Gibert.
Alors bon, du haut de mon phD en "introduction aux concepts de l'analyse économique", il me semble bon de rappeler que l'une des 6 conditions de la Concurrence pure & parfaite libérale est l'atomicité, qui permet la libre entrée sur le marché des concurrents. Hum, hum. Et là, en plus Schumpeter la Schtroumpfette m'en soit témoin, point de monopole, à moins que l'on considère le sandwich peanut butter confiture de groseilles chips comme une innovation à protéger. A débattre. hamburger

Posté par auree à 22:23 - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur de la libre concurrence aux USA, ou la CPP s'arrête où le marché captif commence...

    un site qui te plaira

    slt moi c dimitri d aix en provence

    un site que te plaira surement :
    http://socio13.wordpress.com/
    c est celui de danielle bleitrach de la fac d aix en provence et veritable communiste comme celui que tu rencontré aux usa.
    Autre chose sache pour info qu'il y a actuellement aux states environ 8000 professeurs d'université qui se réclament du marxisme. Il n'était donc pas seul!!! ouf!

    Posté par DIMITRI, 08 novembre 2007 à 18:26 | | Répondre
  • donc si je comprends bien il n'y a qu'un seul restau avec sa bouffe degeu qui gere les repas? Et comme il detient le monopoloe il fixe lui meme le prix... Que faire dans ce cas la ?
    FAIRE JOUER LA CONCURRENCE! ben ouais si demain des restau pas degeu et moinscher viennent concurrencer les gens iront vers ce restau bon et l'autre l'aura dans le cul non? conclusion; vive la concurrence et le libéralisme non? et pk tu ne le créée pas toi meme ce restau? ben ouais c plus facile de se plaindre je sais... et puis il faut bien des coupables (les patrons) pour se defouler (ou le libéralisme) a chacun son truc. a l'extreme droite ce sont les noirs et arabes et a l'extreme gauche c'est le libéralisme et patrons. finalement meme combat...

    Posté par Loic, 14 février 2008 à 03:40 | | Répondre
  • After read blog topic's related post now I feel my research is almost completed. happy to see that.Thanks to share this brilliant matter.

    Posté par Research samples, 05 octobre 2010 à 03:15 | | Répondre
  • torp bien

    Bravo!

    Quelle brillante analyse de la société des stazuni. Moi qui avait peur qu'elle nous revienne toute transformée avec l'envie de retraversée l'atlantique dès que possible!

    Bah non! My god (comment tu connais mon nom?), of course que non!

    En revanche moi je songe sérieusement à m'exhiler, 53% de Sarkonard en france ça me fait vraiment bader. Ma voiture ayant rendu l'âme, je pense la faire cramer au milieu de la comédie, mais bon,les pauvres manifestants anti-darkozy de cette semaine ont pris 4 mois ferme, alors jsais pas...

    Voilà, vive la France, vive Aurélia!

    P.S.: j'adore comment t'écrit, tu me fais rêver!
    C'est surréaliste, sympathique mais surréaliste!
    I love you

    Posté par sophew, 10 mai 2007 à 09:12 | | Répondre
  • "Touché !"

    J'avoue que moi aussi je suis baba devant ta façon d'écrire ! T'arrives à dénoncer le libéralisme là où je peine à le comprendre dans sa platonique. Tu devrais écrire un bouquin du genre "C'est le hamburger qui nous mangera" et ça serait le pied !

    En rentrant, tu vas voir qu'il ne pas y avoir besoin de longtemps pour que notre pays ait pour seule différence avec les "stazunis" la forme du drapeau. Cela dit, ne désespérons pas, maintenant que le renard a le fromage, il faut le capturer. et manger de la choucroute (a méditer aussi !).

    Je t'envoie un bisou de France,
    Hadrien.

    Posté par Hadrien, 10 mai 2007 à 10:25 | | Répondre
Nouveau commentaire